Aller au contenu | Aller au menu principal | Aller au menu pratique | Aller aux liens divers | Aller à la recherche

Mairie de Rochetaillée sur Saône

Menu principal

Contenu

Imprimer

Le Franc Lyonnais

 
franc – franchise, exemption.

lyonnais (Lyonnois en vieux français) – partie limitrophe de la ville de Lyon.

Les origines du "Franc Lyonnois" sont relativement obscures mais le terme semble déjà bien établi vers 1514.

A cette époque, suite à la succession de Charlemagne puis la division de son empire entre ses petits fils, la rive droite de la Saône était incluse dans le royaume de France, la rive gauche dans le "Saint Empire Romain Germanique".

Le territoire du Franc Lyonnais commençait après l’actuelle place des terreaux qui était la limite nord de la ville, incluait les communes de la Croix Rousse, Cuire, Caluire en partie, Cailloux, Fontaines, Fontaines St Martin, Rochetaillée, Fleurieu et Neuville alors appelée Vimy.

Le "petit Franc Lyonnais" le continuait avec les communes de Genay, le hameau de Bernoud, et une partie des communes de Civrieux et St Jean de Thurinieux.

Une autre partie, non contigüe, plus au nord, était formée par les paroisses de St Bernard, Riottier et St Didier de Forman en partie.

Le blason qui fut choisi reprenait les couleurs de la Savoie (rouge et blanc), le lion pour l’appellation du territoire, mais omettait soigneusement les fleurs de lys du royaume de France, en signe d’indépendance.

Cette petite enclave entre le royaume de France, les territoires de la Dombes et de la Bresse, jouissait d’une exemption des charges auxquelles étaient assujettis les habitants des autres communes. Elle était composée de 12 ou 13 hameaux (mas ou massages en vieux français) qui s’organisèrent en élisant des syndics chargés de défendre leurs intérêts.

Ces privilèges se trouvent historiquement confirmés par lettre patente du 8 juin 1556 du trésorier de la généralité de Lyon du roi Henri II, qui constate que, depuis environ 120 ans, les habitants se sont mis sous la protection du roi de France et ont été, de ce fait, exemptés d’impôts, taxes et servitudes moyennant un "don gratuit" de 3 000 livres tournois versé tous les 8 ans lors de la St Martin (en novembre).

Non incorporé au royaume de France, le Franc Lyonnais vit ses privilèges confirmés à plusieurs reprises au cours de l’histoire, par les rois de France : Henri IV en janvier 1596, Louis XIV en juillet 1644 et Louis XV en mai 1774.

Après plus de trois siècles d’existence, son histoire prend fin avec la révolution Française qui met un terme à l’organisation territoriale héritée du moyen âge en créant les départements. Le territoire est alors partagé entre le département de l’Ain et celui de "Rhône et Loire" en 1790.

Peu de traces subsistent de nos jours de son histoire hormis le nom. Pourtant, près de l’église de Montanay, il reste une des bornes implantées en 1746 lors de la délimitation du territoire.

Sources : Le Franc Lyonnais d’après "les historiens du val de Saône"